You must download Flash Player

CETTE SEMAINE

Karine Vanasse

Catégorie: Cinéma

  • > Mon petit exploit
  • > Exhibitionnisme créatif

Biographie et Réalisations

Karine Vanasse

Karine Vanasse

Actrice

Révélée en 1999 par Léa Pool dans Emporte-Moi, Karine Vanasse est devenue, en moins de dix ans, une des actrices les plus appréciées de la critique et du public québécois.

Karine Vanasse est née le 24 novembre 1983 à Drummondville. Elle est l’aînée d’une famille de trois enfants. Sa mère, Renée Gamache, a été directrice d’un service de garde avant de devenir l’agente de Karine et son père, Conrad, est contremaître à la Ville de Drummondville. Les deux se sont mariés à 19 ans avec l’intention ferme de fonder une famille.

Karine Vanasse a 11 ans quand elle fait sa première apparition à la télévision. Elle participe alors au populaire concours de « lip synch » organisé par l’émission Le Club des 100 watts. Deux années de suite, elle remporte le concours en se déchaînant sur Illégal de Marjo et Des mots qui sonnent de Céline Dion.

Peu après ces dynamiques performances, la jeune Karine est approchée pour tourner des publicités pour la Fédération des producteurs de lait du Québec, les croustilles Hostess Frito-Lay, aux côtés de l’imitateur Marc Dupré, et la Régie des rentes du Québec.

À 14 ans, elle joue à la télé dans l’épisode La veuve noire, de la série jeunesse La courte échelle, dans la production franco-canadienne Un hiver de tourmente, de même que dans la minisérie Revenge of the Land. C’est grâce à ces rôles de soutien que l’équipe des Débrouillards remarque Karine Vanasse et l’invite à participer à son émission scientifique hebdomadaire animée par Gregory Charles. Elle y est restée trois ans, le temps de rafler un prix Gémeaux dans la catégorie de la « Meilleure animation : émission ou série jeunesse ».

En 1998, elle fait des débuts éblouissants au cinéma en incarnant Hanna, une adolescente en quête de liberté dans Emporte-moi de Léa Pool. Karine séduit la critique et remporte de nombreux prix pour sa performance, dont le Bayard d’Or de la meilleure comédienne à Namur, en Belgique, un prix semblable au FilmCan Festival de Saskatchewan, un autre aux Chlotrudis Awards à Boston, une mention d’honneur au Festival international du film de Toronto, une nomination à titre de « Meilleure actrice » à Berlin, de même que le Jutra de la « Meilleure actrice » au Québec. On la compare rapidement à Charlotte Laurier.

Depuis, elle a travaillé avec Céline Baril, qui lui a donné le rôle principal du film Du pic au cœur (2000), dont elle interprétait également la chanson-thème. À l’automne 2002, Karine interprète le rôle de la légendaire Donalda Laloge dans Un homme et son péché de Charles Binamé. Pour ce film, l’un des plus grands succès populaires de l’histoire du cinéma québécois, Karine remporte un deuxième Jutra de la « Meilleure actrice » en plus d’être désignée « Femme de l’année » par le magazine Châtelaine.

En 2003, elle amorce une carrière internationale en interprétant le rôle de Lisette dans le film Head in the Clouds, du réalisateur australien John Duigan, aux côtés de Charlize Theron et Penelope Cruz.

L’année suivante, elle tient le rôle principal dans Sans elle de Jean Beaudin. En 2006, elle joue aux côtés de Michel Côté dans Ma fille, mon ange d’Alexis Durand-Brault.

Parallèlement à sa carrière cinématographique, Karine fréquente régulièrement le petit écran. Depuis le Club des 100 watts et les Débrouillards, on a pu apprécier son talent dans la télésérie 2 frères (1999-2000) de Louis Choquette, qui lui a valu deux nominations du MetroStar pour le « Rôle féminin / téléséries québécoises » ainsi qu’une nomination aux Gémeaux dans la catégorie « Meilleure interprétation féminine dans un rôle de soutien : série ou émission dramatique ».

En 2000 et 2002, on lui confie l’animation des émissions spéciales Le cinéma se raconte et Chansons du 7e art. En 2005, Fabienne Larouche lui offre le rôle principal de sa télésérie Un homme mort, rôle que l’auteure a écrit spécialement pour elle. Cette même année, elle décroche également le rôle-titre du docufiction Marie-Antoinette, coréalisé par Yves Simoneau et Francis Leclerc, et tient un premier rôle dans la télésérie canadienne anglaise October, 1970. En 2006, elle participe également au tournage de Killer Wave, une série de quatre heures, dont le budget était de 9,6 millions de dollars, qui raconte l’histoire de deux ingénieurs marins d’un grand institut océanographique qui n’ont que quelques heures pour sauver la ville de Boston et ses milliers d’habitants, menacés par des tsunamis qu’ils croient provoqués par des terroristes déchargeant des missiles nucléaires au fond de l’océan.

Depuis 2007, Karine s’associe à titre de coproductrice à la maison de production Remstar afin de développer un projet de film sur la tragédie de l’École Polytechnique. Le film, qui met en vedette Maxim Gaudette dans le rôle de Marc Lépine, a été réalisé par Denis Villeneuve et devrait prendre l’affiche au début de 2009.

Au mois d’août 2008, Karine Vanasse a participé au tournage d’une comédie intitulée Men Don’t Lie, une coproduction des États-Unis, de la France, de la Suisse et de la Hongrie, dans laquelle elle tiendra le premier rôle. L’actrice avait comme partenaires de jeu Michael Madsen et le regretté Guillaume Depardieu.

Liens Utiles

Gallerie Photos

  • Karine Vanasse
  • Karine Vanasse
  • Karine Vanasse
  • Karine Vanasse
  • Karine Vanasse

Autres invités